mardi 13 mars 2018

« La liberté, ce n’est pas agir comme il nous plait. C’est vivre sans être prisonnier de ses désirs, c’est couler des jours paisibles, le cœur et l’esprit remplis. Cette liberté naît petit à petit, de l’empilement de chacune de nos actions. » - Keisuke Matsumoto


Ceux qui s’aventurent sur ce blog, pensent sans doute que je suis l’un de ces déprimés chroniques. En fait, non je ne le suis pas, je ne le suis plus… peut-être ne l’ai-je d’ailleurs jamais été. Déçu ? Oui cela arrive. Il est parfois difficile d’empêcher l’esprit (comme si on le pouvait) de nous tricoter un pull avec trois bouts de laine ; l’imagination lui fournit la pelote et lui tricote. Mais, où est le mal de se sentir au chaud pendant quelque temps dans nos propres constructions mentales. Certes, encore ne faut-il pas craindre la déception, surtout si l’on s’attend à quelque chose ; mais ce n’est plus mon cas. Je me satisfais volontiers d’un fantasme confortable. La notion de « lâcher prise » m’a longtemps été étrangère avant qu’elle ne devienne naturelle, élémentaire… presque évidente. Je réalise que tout arrive pour une raison et qu’il y en a une également pour ce qui n’arrive pas…     

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelque chose à ajouter ?