jeudi 3 avril 2014

Tu lis trop de livres # 6

J’ouvris tranquillement la porte de mon appartement et entrai. Presque immédiatement, je perçus une bouffée de son parfum. Peut-être n’était-ce pas  du tout du parfum mais l’odeur de mon appartement maintenant habité, et non plus vide comme je l’avais laissé le matin. La sensation merveilleuse que la vie avançait, et que je pouvais en faire partie.
C’était donc ça, me demandais-je, ce que voulais dire « être à la maison » ? Que tout ce que j’avais à faire, c’était de m’annoncer et la vie, comme par magie, commencerait ? «Y a quelqu'un ?» appelai-je.

Steve Tesich « Karoo » Quatrième partie, Pittsburgh - Chapitre 5.1

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelque chose à ajouter ?