mardi 6 août 2013

« Dans les moments d’émotion intense, une fraction de seconde équivaut à une éternité » - Jonathan Coe

Ton sourire lors de notre première rencontre reste gravé dans ma mémoire. Je te revois, assis parterre, te tourner vers moi… et me sourire. « Sourire », ce mot, ce verbe est désormais attaché à toi, il me suffit de l’entendre et je le vois, je te vois. Pourtant, je n’attendais rien de ce voyage, c’était en janvier dernier. Je devais simplement passer un peu moins d’un mois d’entrainement sportif intense à l’étranger. Un voyage dans un but un peu égoïste, m’occuper de moi, en profiter, sans dépendre de quoi ou qui que ce soit. Elle était tellement loin de moi cette idée que je pourrais faire une rencontre et surtout qu’elle serait si déterminante. Puis, l’on s’est quitté, en se promettant de se revoir mais je crois qu’un seul de nous pensait à ce qu’il disait. Il y a eu des Emails bien sûr, des textos parfois, puis les messages se sont espacés, jusqu’à disparaître… mais ton sourire lui était toujours là.  J’ai décidé de repartir, j’avais besoin de savoir si les sentiments que j’éprouvais pour toi pourrait se couler dans le béton plutôt que se noyer dans du sable mouvant. Un jour après mon arrivée, tu m’envoyais un texto pour me souhaiter la bienvenue. Le jour d’après tu m’as téléphoné pour que l’on se voit. Et, le jour suivant tu frappais à ma porte… sans mot dire, tu m’as pris dans tes bras, tu as collé ton corps contre le mien. Cette nuit-là fût une nuit de plus avec toi à profiter de chaque minute comme on compte les étoiles en espérant que le temps s’arrête… pourtant cela semblait ne tenir à rien, à pas grand-chose, pourtant c’est immense, infinie… ça semble rien un sourire mais pourtant le tien a bouleversé ma vie. 


Music: Fiona Apple "The First Taste" 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelque chose à ajouter ?